Coup de projecteur

Coup de projecteur

  • L'assistant parlementaire d'un sénateur soupçonné d'apologie du terrorisme

    Article rédigé par , le 22 février 2017

    Thème : Politique et Bien commun

    [Source : RT International]

    Le parquet de Paris a ouvert une enquête qui vise l'attaché parlementaire d'un sénateur PS. Il est soupçonné d'apologie du terrorisme sur les réseau sociaux. C'est sa collègue et militante associative qui l'a signalé aux autorités.

  • Le Canada pense à interdire toute critique de l’islam

    Article rédigé par , le 22 février 2017

    Thème : Société

    [Source : Valeurs Actuelles]

    Islam. Une députée libérale canadienne soutenue par son parti a déposé une motion contre “le racisme et la discrimination religieuse systémiques”. La mesure ne concernera que l’islam et pas les chrétiens, juifs, sikhs et indoues, malgré les demandes des conservateurs.

  • Frexit et vite !

    Article rédigé par , le 22 février 2017

    Thème : Economie

    production-industrielle

     

    Source : http://echelledejacob.blogspot.fr/2017/02/frexit-et-vite.html

  • Il attaque des policiers au couteau et ressort libre

    Article rédigé par , le 21 février 2017

    Thème : Société

    [Source : Le Salon Beige]

    Dans la série, la justice alliée des voyous, voici une nouvelle affaire renforçant l'impunité des racailles :

    "Mercredi, un homme qui comparaissait pour avoir attaqué des policiers à coups de couteau est ressorti libre du tribunal. Il a été condamné à une mesure de contrainte pénale alors que le procureur avait réclamé trois ans de prison ferme.

  • Pour contrer Trump, le Parlement Européen vote une résolution pour financer l’avortement dans le monde

    Article rédigé par Pierre Selas, le 21 février 2017

    Thème : Europe

    [Source : Info Catho]

    Le 14 février, le Parlement européen a adopté une résolution non contraignante demandant à l’UE de prendre en charge le financement des avortements dans le monde, pour pallier la « politique de Mexico » remise en place par le président américain Donald Trump (cf. Donald Trump supprime le financement des ONG soutenant l’avortement).

  • Indifférence dissolvante

    Article rédigé par Abbé Alain Lorans, le 20 février 2017

    Thème : Famille et Mariage

    En 1999, pour parvenir coûte que coûte à un accord sur la doctrine de la justification avec les luthériens, le cardinal Walter Kasper avait usé d’un stratagème : le consensus différencié où les deux parties se disent d’accord, sans l’être tout à fait. Aujourd’hui, pour admettre à tout prix les divorcés « remariés » à la communion, les évêques allemands proposent : les solutions différenciées, c’est-à-dire une adaptation pastoralement souple de la doctrine intangible de l’indissolubilité du mariage. Le lien matrimonial est indissoluble en théorie, sans l’être tout à fait en pratique.

  • Frexit et vite !

    Article rédigé par Liberté Politique, le 20 février 2017

    Thème : Europe

  • « Je vous ai compris ! » : le ridicule l’a tuer

    « Je vous ai compris ! » : le ridicule l’a tuer

    Article rédigé par Anne-Sophie Désir, le 20 février 2017

    Thème : Politique

    L’art du grand écart demande de la souplesse mais, à ce stade, la contorsion était décidément trop grande.

  • Délit d’entrave à l’avortement définitivement adopté : la Fondation Jérôme Lejeune continuera de délivrer des informations justes

    Article rédigé par , le 16 février 2017

    Thème : Bioéthique

    Le Parlement vient d’adopter le nouveau délit d’entrave à l’avortement, dans sa version la plus liberticide, au terme d’un processus législatif accéléré et bâclé. L’avortement aura été l’un des premiers marqueurs de l’action de ce gouvernement. La vérité en aura été la première victime.  

    Le Parlement a inscrit dans la loi une punition de 30 000 euros d’amende ou 2 ans d’emprisonnement dès lors que seront considérées comme exercées des « pressions morales et psychologiques » sur une femme cherchant à s’informer sur une IVG. Qu’est-ce qu’une « pression morale ou psychologique » ? Sur le plan juridique, ce texte laisse à peu près toutes les interprétations possibles. Le 14 février, Madame Laurence Rossignol a précisé sa pensée en affirmant que « produire des témoignages émotifs et angoissants ne relève pas de la liberté d’expression ».

    Un avortement est-il, pour madame la ministre, un acte à ce point anodin qu’il n’y a ni émotion, ni angoisse à le pratiquer ? La Fondation Jérôme Lejeune se demande sur quels critères sera basé le catalogue de ce qu’on peut dire et de ce qu’on ne peut pas dire. Le gouvernement ne montre pas l’exemple de l’objectivité scientifique sur la question de l’avortement : Laurence Rossignol affirme par exemple qu’« avorter, ce n’est pas enlever une vie » (à l’Assemblée Nationale le 26 janvier 2017). Sur le site de son gouvernement (ivg.gouv. fr) on peut également lire que la description de l’IVG instrumentale se limite à « une aspiration de l’œuf ».

    Ces exemples constituent des allégations mensongères ou incomplètes, qui occultent la réalité de l’acte d’avorter, et contribue de ce fait à le banaliser. Pour Jean-Marie le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune, « Ce qui est dissuasif de l’avortement, ce n’est pas l’information fausse, c’est l’information juste. Une information objective sur l’avortement – capable de nommer les choses – est par nature et à juste titre dissuasive. Proposer la vie, il faut le savoir, c’est dissuader de la mort ». La Fondation Jérôme Lejeune est confiante : des députés ont saisi le Conseil Constitutionnel. Ce dernier devrait censurer cette loi liberticide. 

  • Rapport de la Cour des comptes : un député PS veut sanctionner le gâchis d’argent public

    Article rédigé par , le 16 février 2017

    Thème : Economie

    [Source : Famille Chrétienne]

    Au lendemain de la publication du rapport public annuel 2017 de la Cour des comptes, mercredi 8 février, le député PS René Dosière, auteur de Argent, morale, politique[1]appelle à poursuivre les décideurs publics responsables de mauvaise gestion des deniers de l’État et invite le Parlement à donner une suite plus concrète au travail des magistrats de la rue Cambon.

  1. 139
  2. 140
  3. 141
  4. 142
  5. 143
  6. 144
  7. 145
  8. 146
  9. 147
  10. 148
  11. 149
  12. 150
  13. 151
  14. 152
  15. 153
  16. 154
  17. 155
  18. 156
  19. 157
  20. 158
  21. 159
  22. ...
  23. 222
suivez-nous sur les réseaux sociaux