VENISE, [DECRYPTAGE/information] - Jean Paul II vient de nommer un théologien, spécialiste de la famille, au prestigieux patriarcat de Venise. Angelo Scola est le deuxième successeur dans la Cité des Doges du cardinal Luciani, devenu l'éphémère pape Jean Paul Ier.

Nommé évêque de Grosseto le 20 juillet 1991, recteur de l'université pontificale du Latran, il est un proche de Mgr Luigi Giussani, fondateur du mouvement Communion et Libération. " CL ", qui vient de fêter ses vingt ans, compte 45.000 membres, présents sur les cinq continents. Pour Don Giussani, " le christianisme est avant tout l'événement d'une rencontre avec le Christ ".

Evêque de Grosseto, Mgr Scola se signale par ses priorités pastorales : la promotion de l'éducation de l'enfance et de la jeunesse, avec une attention particulière portée à l'Action catholique dans le cadre d'une pastorale des jeunes tendue vers une forme plurielle dans l'unité ; la fondation d'un complexe scolastique diocésain (collège et lycée) ; la pastorale des vocations (réouverture du séminaire diocésain avec l'annexe de l'Institut des études théologiques) ; la formation permanente du clergé, surtout des prêtres des premières années ; le renouvellement de la vie paroissiale et l'étude des unités pastorales ; l'insertion organique des diverses communautés religieuses dans la vie diocésaine ; l'attention au monde du travail ; un regard particulier pour la pastorale de la famille et de la culture ; l'ouverture de la mission diocésaine à Santa Cruz en Bolivie. Depuis Grosseto, il continue de façon ralentie, sa collaboration à l'Institut pontifical Jean Paul II pour les études sur le mariage et la famille en qualité de professeur responsable à Rome et de visiting professor auprès de la section américaine de Washington.

En juillet 1995, il est nommé par le Saint-Père recteur de l'Université pontificale du Latran et deux mois plus tard, président de l'Institut pontifical Jean Paul II pour les études sur le mariage et la famille. Pour assurer sa nouvelle mission, il compte non seulement sur son parcours académique, mais aussi sur sa précieuse expérience pastorale en tant qu'évêque de Grosseto. Avec les doyens et les présidents des diverses facultés et instituts de l'Université et l'aide du secrétariat général, il cherche surtout à favoriser la qualité de la vie ordinaire : la rigueur scientifique de la recherche, de l'enseignement et de l'étude. Il souligne le caractère pastoral de l'objectif scientifique propre à une université ecclésiastique (fréquentée par des étudiants, ecclésiastiques et laïcs, venant de plus de 100 pays de tous les continents). Il prend soin de la formation des jeunes enseignants, de l'unité entre les différents milieux pédagogiques (séminaires, collèges et universités), de la pastorale universitaire (particulièrement adressée aux étudiants laïcs).

Il promeut la dimension culturelle et de dialogue avec les instances sociales, en renouvelant la revue culturelle de l'université Nuntium, présente aujourd'hui dans les librairies italiennes et éditée aussi en Espagne. La dimension pédagogique de la vie universitaire constitue le fil rouge du livre i>Accueillir le réel. Pour une "idée" d'université, dans lequel il rassemble les lignes directrices de cette proposition éducative. Une attention particulière est donnée aux 45 centres académiques du monde entier en lien avec l'Université pontificale du Latran et avec l'Institut pontifical Jean Paul II pour les études sur le mariage et la famille. La promotion d'un programme de bourses d'études - en particulier à travers la constitution du collège du Latran - permet aujourd'hui aux jeunes venant de différents pays (Bénin, Philippines, Inde, Mexique, Roumanie, Ukraine, etc.) de se préparer à l'enseignement. Il promeut, par ailleurs, la reconfiguration de l'Institut pontifical Redemptor Hominis (aussi articulé en sections internationales) auquel est incorporée une section spéciale dédiée à la doctrine sociale de l'Eglise.

Depuis juin 1995, Mgr Scola est membre de la Commission épiscopale pour l'éducation catholique, l'école et l'université au sein de la Conférence épiscopale italienne, et depuis janvier 1996, il est président du Comité pour les instituts des sciences religieuses. Dans ce cadre, il est confronté aux questions liées à la formation théologique des laïcs en Italie.

En 1996, il devient membre du Conseil pontifical pour les professionnels de la santé. Sur les questions médicales, il écrit "Si tu veux, tu peux me guérir". La santé entre espérance et utopie. Toujours en 1996, il est nommé consultant du Conseil pontifical pour la famille.

Son second séjour romain lui permet de rédiger certaines œuvres à caractère scientifique. Il s'agit de deux volumes d'anthropologie théologique ; il réédite Questions d'anthropologie théologique et publie La Personne humaine. Manuel d'anthropologie théologique ainsi qu'une monographie en deux volumes dédiée à la sexualité humaine et aux questions liées au mariage et à la famille : Le Mystère nuptial. Homme-femme (I) et Mariage-famille (II). Au-delà de ces livres, traduits en différentes langues, la bibliographie de Mgr Scola est constituée d'environ 120 contributions scientifiques à des oeuvres collectives et à des revues théologiques et philosophiques internationales.

Parmi les écrits de ces dernières années destinés à un public plus large, on peut citer : Jésus destin de l'homme ; Chemin de vie chrétienne ; Qui est le chrétien ? Deux mille ans, un idéal sans fin et tout récemment : La proximité du mystère. Il a publié en français Hans Urs von Balthasar : un grand théologien de notre siècle (Mame, 1999).

La devise épiscopale de Mgr Scola est " Sufficit gratia tua " (cf. 2 Cor 12, 9), " Ta grâce suffit ".

© Traduction CL France pour l'agence Décryptage.