Nos coups de coeur

Comment les chrétiens sont devenus catholiques

Comment les chrétiens sont devenus catholiques
  • Auteur : Marie-Françoise Baslez
  • Editeur : Éditions Tallandier
  • Année : 2019
  • Nombre de pages : 320
  • Prix : 21,90 €

La formule choisie par Marie-Françoise Baslez comme titre pour son dernier ouvrage peut apparaître provocatrice, ou erronée, surtout pour le croyant catholique.

L’Eglise n’est-elle pas, par définition, catholique, apostolique et romaine depuis ses origines ? On garde un vague souvenir du schisme d’Orient en 1054, mais entre les deux, nos idées sont bien floues. Et pourtant : ce qui se joue dans les premiers siècles de l’Église est absolument décisif, car la jeune institution se retrouve à devoir trancher dans le vif sur des sujets majeurs de doctrine ou d’organisation, qui vont influer sur les destinées de peuples entiers pour des siècles. Le travail de recherche de l’historienne, abondamment nourri aux sources les plus diverses, chrétiennes et non chrétiennes, revient de manière passionnante sur ces moments cruciaux qui ont façonné l’Église telle que nous pensons la connaître aujourd’hui.

Il mêle les aspects doctrinaux à d’autres beaucoup plus concrets, sur le fonctionnement des communautés de premiers chrétiens. La construction de l’Église pourrait se résumer en une formule aujourd’hui galvaudée, l’unité dans la diversité, l’émergence d’une « catholicité » nourrie d’un bouillonnement culturel permanent. On découvrira avec intérêt le rôle fondamental joué par l’Afrique romaine dans le déploiement de l’évangélisation, à travers les figures charismatiques de ses évêques ; on verra l’importance des débats sur les rites, qui ont mis du temps à se consolider et à s’imposer : influence des rites juifs ou des rites polythéistes, difficulté à fixer le rituel de l’Eucharistie, par exemple.

Forme et fonds sont sous cet aspect indissolublement liées : l’uniformisation des rituels chrétiens passe par l’élaboration d’une théologie sacramentelle propre au christianisme, particulièrement pour le rite du baptême et de l’eucharistie. L’ouvrage rappelle enfin le rôle essentiel joué par les structures politiques de l’empire romain, dans une cristallisation unique qui a donné le primat aux Églises qui ont réussi à vivre en symbiose avec lui : c’est le mystère proprement « romain » du catholicisme. Un ouvrage exigeant mais passionnant pour remettre en perspective les tiraillements « universels » qui ont jalonné l’histoire de notre Église. 


Nous recommandons également :

suivez-nous sur les réseaux sociaux