Politique du dimanche...
Article rédigé par Hélène Bodenez, le 02 mars 2012 Code du travail

Candidats à l’élection présidentielle et députés, qu’ont-ils dit à propos du travail le dimanche ?

François Bayrou (Président du MoDem-Député des Pyrénées-Atlantiques)

« Je trouverais scandaleux qu’une partie de la population n’ait plus le droit à ce repos du dimanche établi depuis des siècles, a-t-il déclaré. Il y a des gens pour qui l’argent justifie tout. Pour ma part, j’estime qu’on ne doit pas faire de la société française une société tournée vers le commerce à tout prix, cela serait contraire aux droits des familles. L’argent ne doit pas tout diriger. »

Source : bayrou.fr, le 19 février 2012, et La Croix le 19 février 2012

François Hollande (Député PS-Corrèze)

« Sur la question du travail du dimanche, nous engagerons des négociations, nous ferons en sorte qu'il puisse y avoir la souplesse nécessaire, la contrepartie indispensable avec la rémunération des salariés »

Source : La Dépêche 19 février 2012,

Nicolas Dupont-Aignan (Président de Debout La République, Député-Essonne)

« Le travail du dimanche ne va pas remplir le porte-monnaie des Français car il faut déjà avoir un travail pour consommer. Il correspond à la logique d'une société qui n’a plus aucune âme, car il y a autre chose que la consommation dans la vie. »

« Je suis très hostile à cette mesure. La société que je veux, ce n'est pas une société où les familles ne voient pas leurs enfants, où il y a des caissières à 700 euros qui travaillent le dimanche. C'est un désastre, je n'ai pas envie de cette société où l'argent fait tout »

Source : le 23 février 2012, interviews sur TF1 et le 17 février sur BFM TV

Marine Le Pen, (Présidente du Front National), 

«… un totalitarisme mondialisé. La loi du commerce prend le pouvoir sur tout le reste. »

Source : le 19 février 2012, Meeting de Lille

Christine Boutin (Présidente du Parti Chrétien Démocrate)

« J’ai toujours été contre l’ouverture des magasins le dimanche, car cela signifie moins de temps en famille et moins de cohésion sociale. La loi du 10 août 2009 est une formule acceptable : elle régularise et aménage des situations de fait dans les zones touristiques tout en préservant le principe du repos dominical. Une modification de cette loi serait porteuse de dangers pour notre société déjà éclatée. Rappelons que, en dehors des cas prévus par cette loi, tous les magasins peuvent déjà ouvrir cinq dimanches par an sur autorisation préfectorale. Il y a des choses qui ne s’achètent pas, le bonheur des Français ne passe pas uniquement par la consommation. »

Source : le 13 février 2012 dans un Communiqué de presse 

Jean-Luc Mélenchon, (Député européen, Front de gauche)

« En proposant de généraliser le travail du dimanche, Nicolas Sarkozy s'en prend une fois de plus aux conditions de vie de ceux qui n'ont pas la possibilité de refuser le pire. Je m'oppose absolument et formellement au travail du dimanche qui détruit la vie de famille et se met au service d'un consumérisme aveuglé. Je dénonce cette escalade de trouvailles contre les petits bonheurs simples de la vie des gens simples. »

Source : le 17 février 2012 dans un Communiqué de presse,

Robert Rochefort (Député européen, MoDem)

« La généralisation de l’ouverture des magasins le dimanche préconisée par Nicolas Sarkozy est une mauvaise idée, et une très grave erreur. Ce n’est pas le temps qui manque aujourd’hui aux Français, mais l’argent, et cette mesure ne crée pas de pouvoir d’achat. En pratique, dans les centres-villes, les commerces alimentaires disposent depuis longtemps du droit d’ouverture dominical le dimanche matin. Beaucoup ont organisé des nocturnes pour s’adapter aux nouveaux modes de vie. Les seuls commerces qui éventuellement bénéficieront de cette mesure seront, comme d’habitude, les hyper et supermarchés, ce qui aggravera encore la situation des petits commerçants, déjà en grande difficulté. De plus, cette mesure, favorisera les discounters, accentuera encore la vente de produits importés d’Asie et jouera à l’encontre du « produire en France », seule perspective réelle de relance de l’activité économique dans notre pays.

Source : le 17 février dans un Communiqué de presse

Philippe Meunier (Député UMP-Rhône)

« Cela peut être profitable à la France et à l’emploi dans les communes touristiques et à Paris, où les visiteurs étrangers sont très nombreux. Mais je ne vois pas pourquoi ce serait positif pour le reste du pays où nous n’avons pas de consommation importante de la part des touristes. »

« Il est hors de question d’étendre le champ application de la loi Maillé à d’autres territoires que Paris, Lille et Marseille. »

Source : le 20 février 2012 dans une interview au Progrès

Marc Le Fur, (Député UMP-Côtes-d’Armor)

« Le propos ressort, certes. Mais qu'on soit bien clair. C'est un ministre qui dit parler au nom du président. C'est une erreur. C'est inopportun. Il me semble peu probable que le président de la République remette en cause cet équilibre. D'autant que le candidat Sarkozy - que je soutiens - a tenu des propos que je rejoins sur les valeurs, et notamment sur celles de la famille. Elle est au cœur de la problématique du travail dominical. C'est une vraie contrainte pour une mère de famille de devoir quitter les siens en plein dimanche pour aller travailler. Je ne crois pas, de toute manière, que cela développe réellement le commerce. Ce qui sera dépensé le dimanche d'ouverture ne le sera pas le mardi. Et si c'est une question de temps libre, désormais les créneaux d'ouverture des commerces sont partout très larges en semaine. Et puis, n'offrons pas à la société française comme loisir principal le fait de pouvoir déambuler le dimanche dans des galeries commerciales et d'acheter encore et encore alors que le pouvoir d'achat a des limites. »

Source : le 19 février 2012 dans une interview à Sud-Ouest