Un sondage ifop pour l’Association pour la Fondation de Service politique et Famille Chrétienne.

Au lendemain du premier tour de la présidentielle, l’Association pour la Fondation de Service politique et famille chrétienne publient un sondage IFOP[1] sur le vote des catholiques. Pour le Père Mathieu Rougé, qui s’est exprimé sur les conclusions du sondage dans famille chrétienne, « un discernement politique, fondé sur un discernement éthique, a manifestement progressé chez les catholiques pratiquants » de plus en plus sensibles aux enjeux éthiques.

Selon François de Lacoste Lareymondie, vice-président de l’AFSP, qui analyse les résultats du sondage :

  • les catholiques pratiquants ont majoritairement voté en faveur de Nicolas Sarkozy (45%, soit 3 points de plus qu’en 2007).
  • la différenciation du vote continue de s’accentuer chez les catholiques : elle est d’autant plus prononcée qu’ils sont plus pratiquants.
  • cette différenciation ne s’opère pas au profit des extrêmes, excepté les jeunes catholiques pratiquants (27% pour le Front National).
  • une forte différenciation géographique du vote des catholiques pratiquants. Le score de Nicolas Sarkozy auprès des catholiques pratiquants d’Ile de France est le double de sa moyenne nationale avec 52% ! En revanche, le Grand Ouest frappe par la persistance d’un catholicisme de gauche et du centre.

Les éléments de discernement proposés par l’Eglise sont notamment la Note Ratzinger de 2002 et le document de la conférence des évêques de France de l’automne dernier ainsi que l’effort d’information et les débats auxquels l’Association pour la Fondation de Service politique (AFSP) a largement participé. Afin d’aider les catholiques à peser pendant la campagne présidentielle, l’AFSP a d’ailleurs édité et diffusé un journal de campagne [2].

Les deux semaines qui nous séparent du second tour vont revêtir une importance cruciale dans la structuration du vote, selon que l’« anti-sarkozysme » suffira à faire la décision ou qu’un débat de fond s’engagera sur la société que veulent les Français et sur la sortie de la crise et le redressement du pays. Le vote des catholiques pratiquants, tout du moins, en dépendra !

 

A lire :

 

CONTACT PRESSE
 Astrid Cœurderoy
 07 62 77 30 21
 www.libertepolitique.com

[1] En janvier 2012, l’AFSP avait fait réaliser par l’IFOP un sondage sur Les intentions de vote des catholiques pour l’élection présidentielle de 2012 qui révélait que les catholiques pratiquants étaient en moyenne beaucoup plus favorables à Nicolas Sarkozy que la moyenne des Français. Mais moins qu’en 2007. Aucun raz-de-marée frontiste n’était prévu.

Attached files :