La revue Liberté Politique

Quel dialogue avec l'islam ?

Dossiers : l'Europe, la démocratie, le dimanche
  • Export au format PDF
Quel dialogue avec l'islam ?
  • N° de parution : 44
  • Saison : Printemps 2009

 UN DIALOGUE INTERRELIGIEUX, au sens étroit du terme, n'est pas possible. Qui parle ainsi ? Le pape Benoît XVI, dans une lettre au sénateur Pera, le 23 novembre 2008. Pour autant, cette impossibilité confère une urgence d'autant plus grande au dialogue interculturel . Tout dialogue suppose une plate-forme minimale commune, et la raison est l'outil nécessaire pour la faire apparaître. Avec l'islam, l'enseignement coranique exclut une telle perspective, d'où un impossible dialogue théologique, et l'absolue nécessité d'une coopération d'ordre culturel et social (Fr. Edouard-Marie Gallez). Cette coopération pose le problème de la réciprocité : pour les catholiques, celle-ci n'est ni rétorsion, ni passivité et s'enracine dans la notion même de solidarité (Fr. Edouard Divry). Politiquement,  l' islam modéré offre-t-il une alternative ? C'est la thèse de certains stratèges américains, qui préfèrent la démocratie islamique à la laïcité autoritaire (Tancrède Josseran)...


Sommaire :

 

Quel dialogue avec l'islam ?

POUR QUEL DIALOGUE ISLAMO-CHRETIEN ?
FR. EDOUARD-MARIE GALLEZ, FSJ — Tout dialogue suppose une plate-forme minimale commune, et la raison est l'outil nécessaire pour la faire apparaître. Or l'enseignement coranique exclut une telle perspective, d'où un impossible dialogue théologique, et l'absolue nécessité d'une coopération d'ordre culturel et social.
LA CAUSE DE L'AMOUR SELON L'ISLAM
FR. EDOUARD-MARIE GALLEZ, FSJ — La logique de l'amour selon l'islam est implacable. Le vrai croyant aime l'Humanité, et veut son salut. Ce but est tellement grand qu'il justifie tous les moyens, parce qu'il dépasse l'homme individuellement. En retour, le Dieu d'amour aime ceux qui Lui sacrifient tout.
RECIPROCITE RELIGIEUSE : NI RETORSION, NI PLACIDITE
FR. ÉDOUARD DIVRY OP — Requête permanente des derniers papes, la réciprocité peut être comprise comme une vertu internationale. La réciprocité promue par une vision chrétienne n'est pas un appel à la rétorsion. Elle n'invite pas non plus à la passivité et s'enracine dans la notion même de corps du Christ, par le biais de la notion de solidarité.
DE LA LAÏCITE AUTORITAIRE A LA DEMOCRATIE ISLAMIQUE
TANCREDE JOSSERAN — À propos de Graham Fuller, The New Turkish Republic. Coopérer avec le monde musulman autour de la laïcité et la démocratie, cela ne marche pas. Seule alternative ? L'islam modéré . C'est la thèse défendue par certains stratèges américains.

 

Dossiers

Europe et démocratie

L'EUROPE PEUT-ELLE ETRE DEMOCRATIQUE ?
PHILIPPE POUZOULET — Si l'Europe a contribué à l'extension de la démocratie pluraliste, nous aurions tort de nous endormir sur ses lauriers car de nouvelles menaces pesant sur la démocratie et l'État de droit apparaissent sur fond d'idéologie libertaire et de relativisme éthique.
LA DEMOCRATIE ET SES LIMITES
JEAN-YVES NAUDET — La démocratie ne peut fonctionner sans conditions : il y a des limites de la démocratie dans l'ordre politique, mais aussi des limites aux principes démocratiques dans les autres ordres sociaux, à savoir l'ordre communautaire et l'ordre marchand.

À Dieu, le dimanche

POURQUOI TANT DE HAINE POUR LE DIMANCHE ?
ROLAND HUREAUX — L'obstination du pouvoir à vouloir imposer la libéralisation du travail dominical est le signe d'un libéralisme brouillon qui poursuit son œuvre historique d'abolition des repères, celui du temps en l'occurrence.
POURQUOI LE DIMANCHE ?
HELENE BODENEZ — Si l'on peut si facilement s'emparer du dimanche, c'est que les chrétiens l'ont déserté les premiers. En lui redonnant son sens spirituel, les catholiques seront en première ligne dans le renoncement librement choisi au travail servile.

Les autres articles de ce numéro :

Repères

POURQUOI L'ÉGLISE DIT NON A L'ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION
PIERRE-OLIVIER ARDUIN — Si donner la vie à un enfant est pour les époux l'objet d'un désir légitime, la procréation humaine n'admet aucune forme de substitution. Dignitas personæ réaffirme le lien entre le don de la vie et la dignité de l'amour humain, mais aussi le respect dû à l'embryon.
LE DROIT PENAL CATHOLIQUE EST-IL DESUET ?
BERNARD DU PUY-MONTBRUN — L'Église se sent volontiers démunie devant le péché public d'un de ses membres. Or elle dispose du droit pénal canonique pour se protéger, un droit malheureusement peu appliqué, mais dont la sagesse dans le gouvernement de l'Église est véritablement pastorale.

Questions disputées

INTRANSIGEANCE ET REALISME
À propos d'Émile Poulat, France chrétienne, France laïque
Par YVES FLOUCAT
LA DECROISSANCE EST-ELLE CHRETIENNE ?
À propos de Anthony & Charles Kenny Life, Liberty and the Pursuit of Utility et Hervé Juvin, Produire le monde
Par PIERRE DE LAUZUN
BENOIT XVI : UN PAPE ECONOMISTE ?
À propos du Message pour la Journée mondiale de la paix 2009
Par JEAN-YVES NAUDET

Feuilletons

LE FEUILLETON POLITIQUE
Réforme de la justice : il n'y a pas pire sourd...
Par FRANÇOIS DE LACOSTE LAREYMONDIE
LE FEUILLETON ECONOMIQUE
La crise : trop d'agiotage, trop de crédit, pas assez de vrai capital !
Par JACQUES BICHOT
LE FEUILLETON BIOETHIQUE
Dignitas personæ : l'Église précise son enseignement bioéthique
Par TUGDUAL DERVILLE
L'ESPRIT DU TEMPS
La Chine, le Tibet, et l'ignorance occidentale
Par XAVIER WALTER
LE FEUILLETON CULTUREL
La culture générale, c'est la liberté
Par ROLAND HUREAUX
TOILE DE FOND
Le Financial Art s'achève avec la Très-Grande-Crise
Par AUDE DE KERROS
LA REVUE DES IMAGES
La danse et le salut de l'Occident
Par NICOLAS BONNAL
Revue des livres et des idées

***

 

 


Dans la même collection :